Print this article   Email this to a friend

Guinée Bissau

L’IS dénonce les violations de la liberté d’association et des autres droits en Guinée Bissau

02 février 2018

2540_763800.jpg

Le SG de l'IS et membres du Presidium, le leader du PAIGC, d'autres leaders locaux et des invités internationaux

 

Dans la capitale de la Guinée Bissau, plongée dans de profondes tensions, le IXe congrès ordinaire du parti membre de l’IS, le PAIGC, qui devait se dérouler à Bissau du 30 janvier au 4 février, a vu son ouverture empêchée de force par les autorités gouvernementales et la police, en violation de la liberté d’association et d’autres droits, ce que les invités de l’IS au congrès ont fermement dénoncé.

Le 29 janvier, à la veille de l’ouverture prévue du congrès, le leadership du parti a reçu un communiqué des forces de l’ordre stipulant que le congrès n’était pas autorisé à avoir lieu, ce qui a provoqué le rassemblement de centaines de militants au siège du parti le 30 janvier, lieu où devait se tenir le congrès. Néanmoins, aux premières heures du 31 janvier, la police est entrée de force dans le bâtiment, expulsant près de 300 membres du PAIGC, dont un certain nombre furent placés en détention, pour ensuite occuper les locaux et empêcher la tenue du congrès.

À la veille du congrès, plusieurs invités internationaux arrivaient sur invitation du PAIGC, dont le Secrétaire général de l’IS, certains vice-présidents de l’IS de la région ainsi que d’autres leaders et représentants de partis. Le 31 au matin, le leader du PAIGC, Domingos Simões Pereira, a convoqué une réunion avec les invités internationaux, au cours de laquelle il a fait état des difficultés rencontrées par le parti suite à la décision du gouvernement d’empêcher toute organisation de leur congrès ordinaire, qui aurait dû se réunir la veille. Il a rappelé la volonté du parti d’organiser le congrès tel que convenu. Grâce à la persévérance du leadership du parti et en dépit des entraves arbitraires imposées, le congrès s’est finalement réuni le 31 au soir aux alentours de minuit, sur un terrain à l’extérieur d’un hôtel de la capitale. L’inauguration du congrès s’est déroulée à l’air libre, avec des orateurs s’exprimant devant l’assemblée à haute voix et dans un mégaphone portatif. Dès lors, comptant sur la présence de nombreux délégués de partis, les séances de travail du congrès ont débuté.

Le lendemain matin 1er février, le leader du PAIGC, ainsi que plusieurs autres leaders de différents partis politiques de Guinée Bissau, se sont réunis en session extraordinaire avec les représentants de l’Internationale Socialiste et d’autres invités conviés au congrès, en présence des médias. Lors de la réunion, les leaders et les représentants des partis politiques de la Guinée Bissau ont serré les rangs derrière le PAIGC. Le Secrétaire général de l’Internationale Socialiste s’est exprimé devant l’assemblée pour dénoncer les agissements des autorités les qualifiant de tentative antidémocratique de réduire au silence la voix du peuple et de démanteler les droits et libertés fondamentaux protégés par la constitution et le droit, ainsi que les principes fondamentaux du système démocratique. Il a également fait mention de la solidarité sans équivoque de l’IS avec le PAIGC et toutes les forces politiques démocratiques du pays. D’autres membres du Présidium ainsi que des leaders et représentants de partis issus d’autres forces politiques se sont également exprimés devant l’assemblée pour faire part de leur rejet de ces événements.

Plus tard ce jour-là, une déclaration officielle a été publiée par une délégation de la CEDEAO, l’organisation des États de l’Afrique de l’Ouest, dans laquelle elle enjoint le gouvernement de Bissau à respecter les Accords préexistants sur la situation politique en Guinée Bissau ou encourir des sanctions, et déplore le non-respect de la liberté d’association. Dans le même temps, elle a lancé un appel aux autorités de Guinée Bissau à pleinement respecter l’État de droit et les droits humains, notamment le droit à la libre association, tout en exhortant la sécurité nationale et les forces de défense à garder une position neutre et républicaine vis-à-vis des acteurs politiques du pays.

Suite à ces événements, le IXe congrès ordinaire du PAIGC a repris aux alentours de minuit le 1er février au siège du parti, conformément à la constance des efforts déployés par le leadership du PAIGC, ses membres, et les autres acteurs politiques démocratiques du pays, et au soutien unanime de tous les invités de marque conviés à l’événement.

 

___________________
 
 
Addendum: Déclaration conjointe publiée le 3 Février 2018 par l'Union africaine et les Nations Unies sur la Guinée-Bissau

 
The Chairperson of the African Union Commission, Moussa Faki Mahamat, and the Secretary-General of the United Nations, António Guterres, express concern over the protracted political crisis in Guinea-Bissau despite the multiple opportunities offered to the main political stakeholders to arrive at a consensual arrangement. They denounce the actions being taken by those who seek to obstruct and prevent a resolution of the crisis.
 
They condemn the recent actions taken by the national authorities to prevent the African Party for the Independence of Guinea and Cabo Verde (PAIGC) from convening and holding its Party Congress, including the directive given to national security services to evacuate and shutter the party’s headquarters. They call on all relevant authorities to strictly adhere to international human rights and humanitarian law and to immediately remove all restrictions on the right to peaceful assembly, political participation and freedom of speech.
 
The Chairperson of the African Union Commission and the Secretary-General of the United Nations fully endorse the recent decisions on Guinea-Bissau taken by the Authority of Heads of State and Government of the Economic Community of West African States (ECOWAS) on the margins of the African Union Summit in Addis Ababa, Ethiopia, on 27 January, and endorsed by the 30th Ordinary Session of the Assembly of Heads of State and Government of the African Union on 29 January 2018, and welcome the communiqué issued by the ECOWAS ministerial mission that visited Guinea-Bissau on 31 January and 1 February. They support the measures being taken by ECOWAS against “political obstructionists” in the country.  They reiterate their endorsement of the centrality of the Conakry Agreement which, inter alia, provides for the appointment of a consensual Prime Minister, and call on the main political stakeholders to faithfully and urgently implement this Agreement, as well as the ECOWAS Roadmap to which they have all signed up to.
 
The Chairperson of the African Union Commission and the Secretary-General of the United Nations reaffirm their commitment to continue to closely follow all political developments and to support ECOWAS in its efforts to ensure a swift resolution of the protracted crisis in Guinea-Bissau, and stand ready to employ additional measures, should the situation warrant it.
 
Declaração conjunta da União Africana e das Nações Unidas sobre a Guiné-Bissau
 
O presidente da Comissão da União Africana, Moussa Faki Mahamat, e o secretário-geral das Nações Unidas, António Guterres, expressam sua preocupação com a prolongada crise política na Guiné-Bissau, apesar das múltiplas oportunidades oferecidas aos principais interessados ​​políticos para chegar a um arranjo consensual. Os dois líderes criticam as ações que estão a ser tomadas por aqueles que procuram obstruir e evitar uma resolução da crise.
 
Condenam as recentes medidas tomadas pelas autoridades nacionais para evitar que o Partido Africano para a Independência da Guiné e Cabo Verde (PAIGC) reúna e realize o seu Congresso, incluindo a ordem dada aos serviços de segurança nacional para evacuar e fechar a sede do partido. Apelam a todas as autoridades relevantes para que respeitem rigorosamente os direitos internacionais dos direitos humanos e direito humanitário e removam imediatamente todas as restrições ao direito à reunião pacífica, à participação política e à liberdade de expressão.
 
O Presidente da Comissão da União Africana e o Secretário Geral das Nações Unidas subscrevem plenamente as recentes decisões sobre a Guiné-Bissau tomadas pela Autoridade dos Chefes de Estado e de Governo da Comunidade Económica dos Estados da África Ocidental (CEDEAO) à margem da Cimeira da União Africana em Adis Abeba, Etiópia, em 27 de janeiro, e aprovada pela 30ª Sessão Ordinária da Assembleia de Chefes de Estado e de Governo da União Africana em 29 de janeiro de 2018 e saúda o comunicado emitido pela missão ministerial da CEDEAO que visitou a Guiné-Bissau entre 31 de janeiro e 1 de fevereiro. Eles apoiam as medidas tomadas pela CEDEAO contra "obstrucionistas políticos" no país. Reiteram o seu apoio à centralidade do Acordo de Conacri que, entre outras coisas, prevê a nomeação de um primeiro-ministro consensual e solicita aos principais interessados ​​políticos que implementem de forma fiel e urgente o presente Acordo, bem como o Roteiro da CEDEAO que todos subscreveram.
 
O Presidente da Comissão da União Africana e o Secretário-Geral das Nações Unidas reafirmam o seu empenho em continuar a acompanhar de perto todos os desenvolvimentos políticos e apoiar a CEDEAO nos seus esforços para assegurar uma rápida resolução da crise prolongada na Guiné-Bissau e Pronto para empregar medidas adicionais, caso a situação o justifique.
 

 
 
 

Internationale Socialiste





Resolutions et Decisions du XXV Congres de l'IS


Rapport au XXV Congrès de l'IS


 

Presse

 

Revue de presse des dernières activités

 

      

     

 
 

Prochainement

 

 

Partis membres au gouvernement


Liste des partis membres de l'IS au gouvernement

 

Congrès des
partis membres

 

Japon
Parti Social-Démocrate, SDP
16ème Congrès
24-25 février 2018

 

Guinée Équatoriale
Convergence pour la Démocratie Sociale, CPDS
6ème Congrès
16-18 mars 2018

 

Niger
Parti Nig
érien pour la Démocratie et le Socialisme, PNDS
7ème Congrès
24-25 mars 2018

 

France
Parti socialiste, PS
Congrès
7-8 avril 2018

 

VENezUELA

 

Finances de l'Internationale

Budget et comptabilité

NIGERIA

Elections

 

Italie
Élections générales
4 mars 2018

 

Colombie
Élections parlementaires
11 mars 2018

 

Hongrie
Élections générales
8 mars 2018

 

Fédération Russe
Élection présidentielle
18 mars 2018


 

Rapport du Secretaire General




Résolutions et décisions du XXIV Congres




journée internationale de la femme


Planète 50-50 d'ici 2030:
Franchissons le pas pour l'égalité des sexes

Ouganda

Soutenir la démocratie en Ouganda


22 FÉVRIER 2016


Ces dernières années, les peuples d’Afrique ont continué à progresser et à se rapprocher de la gouvernance démocratique dans un nombre important de pays de la région. Aujourd’hui, les habitants de ce continent sont de plus en plus nombreux à bénéficier de libertés et de droits, des conditions préalables au progrès, au développement et à la paix. Les membres de l’Internationale socialiste dans un grand nombre de pays d’Afrique ont été des protagonistes et des acteurs d’une période de changement qui a introduit de nouvelles opportunités et donné un nouveau visage à la vie politique du continent. Pourtant, l’autoritarisme, l'oppression et autres maux du passé s’attardent encore dans la vie politique de certains pays de la région...

Pakistan

Solidarité de l’IS avec le peuple du Pakistan


28 Mars 2016


L’Internationale socialiste exprime sa solidarité avec le peuple du Pakistan alors qu’il confronte le terrible attentat commis hier près de Lahore. Plus de 70 personnes ont trouvé la mort alors qu’elles passaient un dimanche après-midi au parc, dont de nombreuses femmes et enfants. Plus de 300 personnes ont également été blessées. Nous dénonçons avec force cet acte de violence, comme nous l’avons fait pour les autres attaques terroristes au Pakistan et ailleur. Nos pensées et condoléances vont aux familles et amis des victimes et notre compassion va à toutes les personnes blessées et traumatisées par cet attentat... 


venEZUELA

L'IS dénonce la déclaration d'inconstitutionnalité de la loi d'amnistie et réconciliation au Venezuela


12 avril 2016


L’Internationale Socialiste dénonce le grave mépris de la volonté souveraine du peuple vénézuélien et l’usurpation de pouvoir par la Chambre constitutionnelle de la Cour suprême (TSJ) du pays suite à son annonce hier déclarant l’inconstitutionnalité de la loi pour l’amnistie et la réconciliation nationale qui avait été approuvée par une majorité à l’Assemblée nationale le 29 mars dernier. La victoire écrasante aux élections à l’Assemblée nationale début décembre 2015 se fondait sur une proposition claire aux citoyens...

La CEI, le Caucase et la Mer Noire

L’IS lance un appel à l’arrêt immédiat des affrontements entre les Azerbaidjanais et les Arméniens


04 AVRIL 2016


hostilités et affrontements qui se sont produits au cours des dernières 48 heures entre les Azerbaidjanais et les Arméniens, se soldant par la perte regrettable de nombreuses vies. Notre Internationale lance un appel pour un cessez-le-feu immédiat et un arrêt de ces hostilités, tout en rappelant la nécessité urgente de la reprise du dialogue dans le cadre du Groupe de Minsk, un organisme accepté par l’Arménie et l’Azerbaïdjan et reconnu par les organisations multilatérales, afin de résoudre par la négociation et conformément aux principes du droit international...

france

L’IS condamne l’attaque terroriste de Nice et est solidaire de la France


15 JUILLET 2015



L’Internationale Socialiste condamne vigoureusement l’infâme attaque terroriste de la nuit dernière pendant les festivités de la fête nationale française à Nice, qui a coûté la vie à au moins 84 hommes, femmes et enfants, et gravement blessé de nombreux autres. Cette attaque effroyable s’inscrit dans la droite ligne des actes de terrorisme successifs perpétrés contre des innocents en France et dans d’autres pays à travers le monde, les extrémistes cherchant à instaurer un climat de peur et à faire trembler la démocratie ainsi que les droits et les libertés pour lesquels les peuples du monde entier ont lutté.....

Turquie

L’IS condamne la tentative de coup d’État et appuie la démocratie en Turquie


16 JUILLET 2016


L’Internationale Socialiste condamne la tentative de forces armées en Turquie, au cours de la nuit dernière et aux premières heures du jour ce matin, de reversement du gouvernement légitimement élu du pays. Notre organisation reprend à son compte et appuie pleinement les déclarations claires et sans équivoque des chefs du CHP et du HDP, membres de notre famille politique mondiale, alors que la tentative de coup d’État est en cours. Kemal Kılıçdaroğlu, chef du CHP, a déclaré que le pays a été victime de coups d’État par le passé et que ces événements ne devraient jamais se reproduire en Turquie...