Images (34)


Images

+4

Print this article   Email this to a friend

UIP

L'Internationale Socialiste à la 132e assemblée de l'UIP à Hanoi

30 mars 2015

2343_507310.jpg

132e Assemblée de l'UIP, Hanoi

 

 

À l'occasion de la 132e assemblée de l'Union interparlementaire (UIP) qui s'est tenue à Hanoï du 28 mars au 1er avril 2015, l'Internationale Socialiste a organisé une réunion des parlementaires des partis membres de l'IS, comme elle l'a fait lors des précédentes assemblées de l'UIP. Les débats ont couvert un aperçu des développements internationaux actuels d'intérêt commun, les rapports présentés par les membres sur les questions intéressant leur délégation nationale et un échange de vues sur les principaux thèmes de l'ordre du jour de l'UIP.

Parmi les participants on comptait des représentants des pays suivants : Afrique du Sud, Angola, Argentine, Autriche, Belgique, Botswana, Chili, Espagne, Haïti, Hongrie, Inde, Mongolie, Mali, Mexique, Namibie, Niger, Pakistan, Palestine, Royaume-Uni, Tanzanie et Zambie.

La menace du terrorisme, qui était le point d'urgence de la 132e assemblée, a été abordé par les particpants qui ont présenté les développements actuels dans leur région et les efforts engagés pour confronter cette menace. Une attention particulière a été accordée à la situation politique instable en Libye, qui est un refuge pour le trafic d'armes et de drogue et représente donc une menace grave pour ses voisins. Les récentes activités terroristes, comme au Nigeria et en Tunisie, ont été mentionnées, et la ferme résolution de surmonter ensemble ce fléau grâce à une coopération internationale renforcée a été soulignée. Pour l'Internationale Socialiste, on a souligné que ce thème est régulièrement au centre des débats au niveau régional et mondial, comme ce fut le cas le plus récemment lors de la dernière réunion du Conseil de l'IS en décembre dernier, et qu'il restera l'une des priorités de l'ordre du jour des prochaines réunions régionales de l'IS.

La situation au Moyen-Orient a fait l'objet de débats, notamment la situation de la Palestine suite aux récentes élections en Israël et aux déclarations négatives faites par B. Netanyahu pendant les dernières journées de la campagne qui ne présageaient rien de bon pour les négociations futures débouchant sur la solution tant espérée et longtemps attendue à double État, dans l'intérêt de la paix et du progrès. Les participants palestiniens ont également présenté un rapport sur la situation de leur demande à adhérer à la Cour pénale internationale. Le Président du Comité de l'UIP sur les questions du Moyen-Orient, Lord Judd du Royaume-Uni, a participé aux débats et informé les participants des travaux de son comité. La tâche de la construction de la paix exige une patience sans limites et une détermination à persévérer. On a souligné que l'importance du socialisme démocratique était plus pertinente et cruciale que jamais pour bâtir la compréhension et l'engagement parmi les peuples.

En ce qui concerne la généralisation de la reconnaissance de l'État de Palestine au plan international, les représentants de la Belgique ont présenté leurs tentatives à cette fin pendant leur mandat gouvernemental. Ces efforts sont maintenant au point mort suite au changement de gouvernement à Bruxelles, mais toutes les opportunités pour soulever cette question sont saisies. On se rappellera que le Conseil de l'IS lors de sa dernière réunion avait demandé à tous les partis membres de l'IS d'œuvrer pour la reconnaissance internationale de l'état palestinien.

La réunion a donné aux participants la possibilité de partager des informations sur leur situation nationale. L'assemblée a pu découvrir les derniers développements en Mongolie, où le parti MPP, membre de l'IS, participe à une coalition gouvernementale. Des élections sont prévues en Mongolie l'an prochain et le parti y participera, avec un programme social démocrate renforcé.

En Espagne, les Socialistes ont récemment remporté une importante victoire en Andalousie à une période où l'Europe est confrontée à des problèmes sociaux et économiques complexes et à une montée du populisme à gauche comme à droite. La réunion a entendu le travail et les efforts faits par le parti socialiste ainsi que les préparatifs en cours pour affronter les élections locales et régionales qui se dérouleront en mai prochain.

En ce qui concerne Haïti, on constate l'existence d'une grave impasse après la fin du mandat du dernier parlement, car aucun accord n'a été conclu pour organiser des élections. On nous a signalé que le Président actuel reste en fonctions malgré l'absence d'un parlement. On espérait que des élections parlementaires libres et justes se dérouleront en septembre, suivies par des élections présidentielles en octobre, auxquelles de nombreux candidats se sont inscrits. L'importance du soutien des efforts pour instaurer une véritable démocratie à Haïti a été soulevée, tout comme celle d'une solution juste à la situation de vulnérabilité qui touche les ressortissants haïtiens vivant à l'étranger.

Les représentants du parti membre de l'IS, le Front patriotique, actuellement au pouvoir en Zambie, ont présenté des informations sur les récentes élections qui se sont déroulées en décembre suite au décès de l'ex-Président Sata. Ces élections se sont déroulées dans la paix et le respect des principes démocratiques. Ce pays espère désormais organiser la 134e assemblée de l'UIP à Lusaka en 2016, dont les préparatifs sont en cours.

Dans sa synthèse, le Secrétaire général de l'IS, qui présidait la réunion, a fait référence aux récentes et prochaines activités de l'organisation et a rappelé les décisions du dernier Conseil de l'IS concernant le terrorisme. Il est également impératif de se focaliser sur la démocratie, car il est essentiel de supprimer les sources de conflit, y compris le déficit de droits et libertés. Il est important, a-t-il souligné, de ne pas compromettre les valeurs et principes que nous représentons en tant que social-démocrates face aux nombreux défis qui attendent notre mouvement. Au contraire, ils doivent être renforcés par la cohérence de nos politiques et par la préservation de notre identité en tant que mouvement de gauche.
 

 

 

______________