Conseil de Mexique

Conseils Antérieurs


New York
11-12 juillet 2017

Images (98)


Images

+68

Print this article   Email this to a friend

Conseil

Réunion du Conseil de l'IS aux Nations Unies à New York
Renforcer le multilatéralisme pour la paix

11-12 juillet 2017

2525_745411.jpg
Latifa Perry

 

Les 11 et 12 juillet 2017, le Conseil de l’IS a tenu sa première réunion après le XXVe Congrès, retournant au siège des Nations Unies pour deux jours de discussions sur le renforcement du multilatéralisme, la réaffirmation des valeurs sociales-démocrates et la défense de la démocratie.

À l’occasion de ce Conseil, l’IS se réunissait pour la première fois aux Nations Unies depuis l’élection du nouveau Secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Ancien président de l’IS, M. Guterres a participé en tant qu’invité spécial à la séance d’ouverture, à l’occasion de laquelle il a exposé sa vision des travaux de l’ONU avant de laisser place aux commentaires et questions des délégués sous la forme d’un dialogue interactif.

Introduisant António Guterres à l’ouverture de la réunion, le Secrétaire général de l’IS, Luis Ayala, a exprimé la satisfaction de tous ceux présents d’avoir l’occasion d’entendre directement les vues du Secrétaire général de l’ONU, en particulier en ce moment pour l'organisation de commencer une nouvelle période inter-congrès au cours de laquelle l’IS continuera à travailler pour trouver de solutions aux mêmes défis mondiaux auxquels sont confrontées les Nations Unies. Il a adressé ses félicitations à M. Guterres pour son nouveau rôle et ses plus chaleureux remerciements pour sa volonté à venir et engager une conversation avec les membres de la famille politique sociale-démocrate mondiale.

António Guterres s’est dit satisfait de pouvoir prendre part à cette réunion du Conseil de l’IS et de partager les préoccupations globales avec cette organisation politique. Il a perçu un manque de confiance dans le monde, entre les peuples, pays et institutions, lié aux difficultés associées à la mondialisation. Le programme 2030 de l’ONU s’inscrit dans la volonté de rendre la mondialisation plus équitable et de garantir que personne n’est laissé pour compte. Il a souligné l’importance du travail des organisations multilatérales, qui doivent être renforcées pour relever les défis tels que les changements climatiques, exacerbant de nombreuses autres difficultés auxquelles le monde fait face.

À la suite de ses remarques introductives, le Secrétaire général de l’ONU a répondu aux commentaires et questions des participants au Conseil. Les délégués représentant les partis du monde entier ont attiré l’attention sur des questions d’envergure telles que les droits des réfugiés et les migrations, l’égalité des genres, les changements climatiques et le règlement des conflits en cours. Le Secrétaire général a répondu aux préoccupations des délégués d’une perspective à la fois personnelle et institutionnelle, rappelant sa détermination à promouvoir la paix et les efforts de réconciliation, la parité des sexes et les mécanismes des droits de l’homme, tout au long de son mandat.

Le Président de l’IS George Papandreou a remercié António Guterres, et déclaré que son élection a insufflé un nouvel esprit aux Nations Unies, apportant de l’espoir en cette époque difficile pour le monde. Il a noté qu’en dépit du fait que le Secrétaire général de l’ONU ne peut être partisan, les sociaux-démocrates ont l’occasion et la responsabilité de faire entendre leur voix sur les questions qu’il a soulevées, et a appelé les sociaux-démocrates à réaliser ce qu’ils pouvaient par le dialogue, l’amitié et la compassion.

Avant l’ouverture des discussions sur les principaux thèmes à l’ordre du jour, le Conseil a été informé des derniers événements en Espagne, où le parti membre de l’IS, PSOE, a élu Pedro Sánchez comme leader, avec un mandat renforcé. M. Sánchez a été dûment désigné, par acclamation, pour occuper le poste revenant à son parti au Présidium de l’IS, puis il a pris la parole en tant que vice-président de l’IS nouvelles élu, formulant un discours liminaire dans lequel il a évoqué l’histoire partagée par le PSOE et l’IS, et a lancé un appel à proposer une vision alternative de la mondialisation, eu égard aux changements climatiques, inégalités et défis à la paix et à la démocratie.

Les discussions au sujet du premier thème, « Renforcer le multilatéralisme pour la paix » ont abordé la question des processus de paix et de résolution des conflits en vigueur dans de nombreuses régions du monde, à des degrés de réussite variables. Il a été porté à la connaissance du Conseil que, depuis le XXVe Congrès de l’IS en Colombie, de formidables étapes ont été franchies dans ce pays, avec la remise de toutes armes par les FARC, reçues par les Nations Unies. Des perspectives au sujet de très nombreux conflits non résolus dans diverses régions du monde ont été exposées par ceux qui œuvrent directement pour la paix, y compris sur la situation en Iraq, en Syrie et dans la région du Kurdistan, en Moldavie et en Transnistrie, dans la région des Grands Lacs, à Chypre, en Inde et au Pakistan, en Turquie, au Sahara occidental, en Azerbaïdjan et en Arménie, et en Israël-Palestine. Un élément commun à ces interventions est le besoin de faire de l’IS le chef de file des efforts multilatéraux pour asseoir les parties aux conflits à la table des négociations et promouvoir la paix.

Le deuxième thème principal de la réunion était « Réaffirmer nos valeurs et politiques pour le changement dont nous avons besoin ». Les orateurs s’exprimant sur cette question se sont tous accordés à reconnaître que les socialistes et les sociaux-démocrates doivent faire montre de plus de fermeté quant à la promotion des valeurs et politiques porteuses de changement positif pour les plus vulnérables de la planète, et opérer une distinction plus nette entre les propositions tournées vers l’avenir des partis sociaux-démocrates et les alternatives conservatrices et réactionnaires.

Sur la question de la démocratie, l’attention a été portée sur le besoin de relever les défis posés à la démocratie dans diverses parties du monde, sous le thème principal « Défendre et protéger la démocratie là où elle est niée ou menacée ». Les orateurs de nombreux pays souffrant d’un déficit démocratique ont fait part de leurs expériences et des enjeux auxquels ils sont confrontés.

Étant la première réunion de la période inter-congrès, le Conseil avait également la tâche d'établir les organes de travail de l’IS. Les membres des comités statutaires de l’IS étaient dûment élus, conformément au principe d’équilibre régional et en veillant à représenter l’ISF au comité Éthique et au comité des Finances et d’Administration. Les comités régionaux pour l’Afrique, l’Asie-Pacifique, l’Amérique latine et les Caraïbes, le CES, le Caucase et la mer Noire et la Méditerranée ont été rétablis et éliront leur présidence et vice-présidence à l’occasion de leur première réunion. Le Conseil a avalisé le rétablissement du Comité Moyen-Orient de l’IS alors que de nouvelles initiatives et un nouvel élan au processus de paix font gravement défaut. Le Conseil a également créé un comité pour les migrations et les réfugiés.

Le Conseil a par ailleurs donné son accord à la poursuite des travaux de la Commission de l’IS sur les inégalités dans l'économie mondiale pendant la prochaine période inter-congrès. Tout au long du Conseil, un certain nombre d’interventions ont rappelé qu’en dépit de la conclusion réussie de l’Accord de Paris, beaucoup reste à faire en matière de changements climatiques. Afin que l’IS accompagne ce processus et donne suite aux travaux de la Commission de l’IS pour une société mondiale durable, effectués quelques années auparavant, une Commission sur la question des changements climatiques et de l’énergie a été créée.

Dans la droite ligne de la décision du XXVe Congrès, le Conseil de l’IS continuera à s’impliquer dans la mise en œuvre du principe de parité des sexes au sein de l’organisation, renforcera le comité sur l’Égalité et définira sa composition et son mandat à l’occasion de la prochaine réunion du Conseil.

Le Conseil a agi en conformité avec le mandat spécifique délivré par le XXVe Congrès en vue de combler les postes vacants du Présidium de l’IS, dans le respect des normes statutaires en matière de genre et d’équilibre régional. Ont été élus pour occuper une vice-présidence de l’IS Janira Hopffer Almada (PAICV, Cap Vert), Shazia Marri (PPP, Pakistan) et Bokary Treta (RPM, Mali).

À sa clôture, le Conseil a adopté un certain nombre de résolutions et de déclarations au sujet des points débattus sous les différents thèmes inscrits à l’ordre du jour sous une perspective mondiale et au sujet de situations spécifiques préoccupantes pour les partis membres de l’IS.

Le Conseil a décidé que sa prochaine réunion se tiendra en Espagne sur invitation du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et de son leader Pedro Sánchez, à la fin novembre 2017.